Ne subissez plus, les violences dans votre couple
03 58 07 54 67 Rencontrez-nous

C’est ma fille, ma sœur, ma mère,
C’est une amie, une collègue, une voisine,
C’est une proche de ma famille,
C’est une cliente, une patiente …

Elle est triste, elle m’évite, elle pleure en cachette, elle ne sort plus…
Elle ne me l’a pas forcément dit, mais j’ai vu, entendu, compris…

FACE A SES BESOINS COMMENT RÉAGIR ?

La première chose dont une femme victime de violence a besoin est d’être comprise et crue dans ses propos.
En effet, elle a besoin d’entendre qu’elle n’est pas « folle », qu’elle n’est pas seule, qu’elle n’est pas une mauvaise mère et que sa situation n’est pas normale.
Croyez-la, écoutez-la, ne la jugez pas, déculpabilisez-la, valorisez-la, encouragez-la, laissez-la prendre ses propres décisions. Gardez à l’esprit qu’il lui faut beaucoup de courage pour vous parler malgré la honte, l’humiliation et la peur.
Même si vous vous sentez impuissant face à la situation, expliquez-lui qu’elle n’est pas seule et que vous êtes présent en cas de besoin. Votre intervention n’est pas à sous-estimer, elle pourra amener à une réflexion, une prise de décision de sa part et ainsi éviter d’autres agressions.
Sortir de la violence pour ces femmes peut prendre du temps il va vous falloir respecter son rythme. Ce processus comporte souvent plusieurs allers-retours au domicile. Elle déclenchera une procédure judiciaire lorsqu’elle sentira en avoir la force. Voilà la raison pour laquelle le soutien de l’entourage peut aider la victime à trouver la ressource en elle pour s’en sortir.

COMMENT L’ACCOMPAGNER ?

Vous pouvez aider une victime de violences conjugales car vous avez la force nécessaire et le recul qu’elle n’a pas vis-à-vis de sa propre situation ; mais, il ne faut pas lui imposer les choses. Elle doit reprendre confiance en elle, il faut donc pour cela qu’elle réagisse et prenne ses propres décisions.

Si vous avez besoin de conseils, de soutien, appeler-nous pour en parler.
Lorsqu’elle saura qu’elle peut se confier à vous et qu’elle se sent écoutée, accompagnez la à DECID’L et nous prendrons le relais. Vous resterez pour elle une personne ressource, un soutien et vous préserverez votre relation et votre place auprès d’elle.
Elle aura des réponses et l’aspect « juridique » pourra être abordé :
– prendre un rendez-vous au commissariat pour déposer plainte
– prendre contact avec son médecin pour faire délivrer un certificat médical pour coups et blessures
– prendre rendez-vous avec des associations d’aides telle que : AFED, ANDAVI, CIDFF…
– prendre contact avec un avocat pour entamer une procédure judiciaire, demander le divorce, la garde des enfants.

COMMENT LA METTRE A L’ABRI ?

Si vous craignez pour sa sécurité et celle de son entourage, faites lui en part (et encouragez la à l’évoquer avec un professionnel). Elle est bien placée pour évaluer le danger s’il est imminent.
Vous pouvez lui apporter des solutions immédiates en contactant :
– le 17 ou 112
– le 115 qui l’orientera sur un hébergement
– le SIAO → 03.86.61.39.81 (le 115 en dehors des horaires d’ouvertures)
– le 3919

Vous souhaitez l'aider ?

Contactez nous !

Véronique, 51 ans

« Je voyais ma collègue de plus en plus mal chaque jour…elle m’évitait, elle n’était pourtant pas marquée physiquement, du moins c’est ce que je pensais…car elle m’a ensuite confié que son mari la frappait de manière à ce que les coups ne se voient pas, les bras, les cuisses, le dos…. Je me suis vraiment sentie impuissante…. J’avais peur de ne pas la revoir le lendemain au travail…. ».

Julia, 32 ans

« C’est une maman de l’école…l’école de nos enfants est situé à côté de l’appartement du couple et j’ai remarqué que la situation empirait, maintenant, son mari la surveille de la fenêtre lorsqu’elle vient chercher les enfants à l’école. Il lui fait signe de rentrer rapidement à la maison, elle ne parle à personne et est toujours à l’heure. »